Voilà comment je me suis retrouvée au fond du seau.

Hier soir, 19h30, dans un taxi à Ostende (sur la côte Belge), je prends un taxi qui accepte seulement des espèces.

 Il me dépose à un ATM, je retire du cash, paie le taxi qui me dépose à l’hôtel.

 (note à tous les voyageurs) Vous pouvez voir les hôtels via Booking et réservé en direct à l’hôtel. Le prix y sera souvent bien plus avantageux sauf pour les chaînes style Accor où là c’est au cas par cas.

 Un premier hôtel donc, qui me demande 25€/nuit pour Choupette (mon adorable sharpei).

 Puis un 2nd qui me demande 20€/nuit pour elle et un prix de chambre beaucoup plus élevé que le précédent.

 Un 3ème qui refuse le chien…

 

Chaque fois entre chaque hôtel, je trimballe avec souffrance l’ensemble de mes bagages. Et, autant vous le dire, je ne voyage pas léger… Oui j’ai besoin de 4 paires de chaussures, l’ensemble de mon vanity make up, on ne sait jamais au cas où le Prince Charmant se présenterai, plus mon PC…sans qui je ne pourrais pas vous écrire…et des robes, des shorts, des t-shirts…bref quelques vêtements.

 Me voilà enfin arrivé à l’hôtel d’où je vous écris.

Un hôtel sans aucune prétention, où j’ai été accueilli avec un sourire et là c’est le drame, IMPOSSIBLE DE RETROUVER MA CB !

Mon unique moyen de paiement.

Je me retrouve donc dans une ville que je ne connais pas avec 42.47€ en espèces (j’ai compté même les pièces roses, je ne sais pas depuis combien de temps, je ne l’avais pas fait !)

Je stresse, je panique même et je suis en nage, je rêve de me doucher, sauf que je n’ai toujours pas de chambre.

Désemparée, j’appelle une Amie, nous nous soutenons beaucoup car, il faut le dire depuis plusieurs mois/année, la vie ne nous a pas épargnée.

Elle me convainc de refaire le chemin inverse, l’hôtel ayant accepter de garder mes affaires durant ce laps de temps.

Malheureusement, et de façon attendue en longeant la plage, pas la moindre trace de ma carte sur cette avenue ultra fréquentée, le vendredi du weekend du 15 août.

Car bien entendu, ce genre d’histoire vous arrive toujours au pire moment quand les banques sont fermées, la veille d’un weekend de vacances.

Bref, vous voyez le tableau, une femme seule avec son chien, beaucoup de bagages, dans une ville inconnue avec 42.47€, en larme, les yeux rouges, les cernes de la fatigue. Autant vous le dire, à ce moment-là, je ne pense pas du tout à mon apparence, si je suis présentable ou pas ! L’idée de sortir mon vanity ne me vient même pas à l’esprit c’est vous dire…et on passe sur les cheveux.

 Oui, en temps habituel, je suis une femme plutôt féminine qui prend soin de moi, donc ça rajoute encore à ma tragédie de m’imaginer dans cet état. Je n’ose pas me regarder dans un miroir.

Le temps passe, je suis épuisée, je suis retournée au 1er hôtel où gentiment le réceptionniste a accepté d’appeler les taxis…pas de trace de ma carte.

 Je reviens donc à l’Astrid Hôtel, épuisée, à bout de nerfs, stressée.

Ma fidèle Amie est d’un réconfort et d’un soutien infini.

Elle me voit au fond du seau.

Malgré tout, elle me fait rire, à coup de « Courage ma Belle » et me rappelle de ne pas Abandonner !

 Pourtant, c’est bien de ça dont j’ai envie abandonner, renoncer, à qui je suis, mes choix, mes rêves, me répétant en boucle que je suis une catastrophe.

 

 

Au fond de moi, je ressens faiblement cette toute petite étincelle, celle de « ce n’est pas encore « game over ».

Je pense j’ai mes 42.47€ plus l’internet de mon téléphone. Une lumière de cette étincelle, je regagne l’hôtel expliquant que je paierais par virement.

Step by Step, une chose après l’autre.

J’ai un lit pour ce soir.

WOW, juste ça je savoure ! Et, je décide de me faire plaisir après cette journée éprouvante, et je pars sur la plage.

Il est minuit, tout est désert, c’est marée basse, et j’entends le ressac de la mer.

Mes pieds atteignent le bord, l’eau est tiède. JE SUIS BIEN, HEUREUSE, et Choupette aussi.

Je reste ainsi un moment avant de rejoindre les bras de Morphée.

Aujourd’hui est un autre jour, pas à pas, et de bon matin,

Des messages d’un banquier, qui me donne de bons conseils…

L’hôtel m’offre un petit déjeuner m’autorise à le prendre en chambre et me donne même avec une extrême générosité, un peu de charcuterie et de fromage pour Choupette qui a adoré, bien entendu.

 La journée commence bien.

 Même dans les pires moments, VOUS n’êtes JAMAIS seul.

Un Ami, un parent, un membre de votre réseau, un inconnu, il y aura toujours quelqu’un pour avoir un geste petit et/ou grand.

Et même au fond du seau, écoutez cette toute petite voix, ce murmure qui vous dit, allez on y croit, encore un pas, la lumière est au bout.

 

Cet article vous a plu ? Il m’a demandé du temps, et du courage à écrire, peut-être qu’il sera utile à un de vos proches et votre réseau si une personne se trouve dans la même situation.

Vous vivez vous même cette situation ? Parlons-en, parfois un petit moment d’échange peut faire une grande différence. écrivez-moi ici ou sur Linkedin ou sur Whatsapp, 

Vous pouvez retrouver ici mes prestations, et prendre RDV.

A bientôt !

Pin It on Pinterest

Share This