Avoir confiance en soi, après l’avoir perdue

Avoir confiance en soi, après l’avoir perdue

Un jour de printemps 2019, j’ai perdu confiance en moi.

Je me suis retrouvée seule au Portugal, en larme et effondrée dans une chambre d’hôtel.

Ce jour-là, une mauvaise conjoncture, 4 refus de devis, pas 1, pas 2, 4 !!! J’étais dépitée.

 Déjà ébranlée par ma séparation, ce fut en quelque sorte le coup de grâce.

Personne ne m’a rien dit. Je m’en suis convaincue toute seule. Je n’étais plus capable d’accompagner, de permettre aux personnes de relever leur défi, de réaliser leur rêve. Tout ça, car j’avais reçu 4 refus en une seule journée.

 Vous êtes dans ces moments, votre pire ennemi. Vous vous affublez de tous les maux alors même que cela fait partie de ce qui est hors de contrôle. Tous le savent, il faut lâcher prise, dès lors que nous avons fait de notre mieux !

Pourtant de façon logique, 4 refus de personnes différentes ne signifient pas que je suis moins intelligente, que j’ai moins de connaissances, d’écoute, d’empathie, etc…

 La seule conclusion rationnelle est : un mauvais alignement des planètes !

Plus sérieusement et en toute probabilité, je n’avais pas été convaincante et ils n’étaient pas prêts.

Pourtant les conséquences pour moi furent dramatiques. J’ai décidé d’arrêter mon activité, en arrêtant d’écrire, et de prospecter.  Tout ça, car j’étais convaincue que je ne valais rien. J’avais simplement perdu confiance en moi, mon potentiel et ma valeur professionnelle.

Remise en question, crise identitaire, angoisses financières furent mon quotidien pendant de longs mois avec comme fidèle compagnon ce syndrome de l’imposteur.

Mon salut vient de celles et ceux qui furent à mes côtés. Ils m’ont écoutés, même quand je radotais, challengés sur des sujets que je maîtrise, bottés les fesses pour que je bouge !

Je le savais déjà, et j’en suis encore plus convaincue, aujourd’hui. Vous pouvez réfléchir tout ce que vous voulez, imaginer et même visualise. Si vous ne faites rien, il ne se passera rien.

L’ACTION vaudra toujours plus que la réflexion.

Même si vous tombez, vous pourrez vous relever et apprendre.

Cette épreuve m’a renforcée, alors c’est sûr je ne disais pas ça pendant toute cette traversée du désert. C’est une période où je pleurais chaque jour, m’énervais contre moi-même, jusqu’à avoir honte de celle que j’étais devenue.

Alors jour après jour, je me suis reconstruite, sans autoroute avec des chemins de traverse ponctués de belles rencontres et d’autres qui m’ont challengées sur mon alignement.

Et c’est grâce à toutes ces expériences, qu’aujourd’hui, encore plus qu’hier, j’ai décidé de reprendre l’accompagnement et de faire de la confiance en soi et sa valeur, ma pierre angulaire.

Car sans confiance en soi, je ne le sais que trop bien, il nous manque cet essentiel pour nous réaliser.

Ce petit plus, cette impulsion qui nous permet de nous rêver, nous réinventer, et construire nos projets.

 Ensemble, je vous propose ce voyage au plus profond de vous, vos émotions et vos souffrances, pour trouver votre essence, votre magie, et votre Amour, clés de votre épanouissement.

Cet article vous a plu ? Il m’a demandé du temps, et du courage à écrire, peut-être qu’il sera utile à un de vos proches et votre réseau si une personne se trouve dans la même situation.

Vous vivez vous même cette situation ? Parlons-en, parfois un petit moment d’échange peut faire une grande différence. écrivez-moi ici ou sur Linkedin ou sur Whatsapp, 

Vous pouvez retrouver ici mes prestations, et prendre RDV.

A bientôt !

 

 

Faut-il être masochiste pour se faire coacher ?

Faut-il être masochiste pour se faire coacher ?

Faut-il être masochiste pour être coaché(e) ?

En  2006, j’ai fait une rencontre qui a changé ma VIE et qui m’a beaucoup fait souffrir. J’ai pleuré beaucoup car il m’a touché en me disant en face tout ce que j’avais peur d’entendre et de lire dans le regard des autres.

Il a vu mon Inexpérience, mon manque de confiance en moi, mon manque de culture, de connaissance. MAIS, il m’a dit, SI TU VEUX TU PEUX, tu en es CAPABLE. Acceptes-tu de relever ce défi ?

J’ai accepté, et pendant des mois et encore aujourd’hui parfois, il m’a COACHE, il m’a APPRIS énormément sur l’entreprise en général en me disant, je te donne une Base à toi de faire le reste.

Ce titre, légèrement provocateur pour vous faire réagir, et pour définir une réalité qui en fait en regroupe plusieurs parmi lesquelles :

La résistance au changement ; 

La difficulté à sortir de sa zone de confort ;

Le plafond de verre que l’on se crée ;

Au cours de mes échanges, je me rends compte que souvent j’entends « je sais bien Mais » . C’est précisément ce « Mais » qui fait toute la différence.

Vous le savez déjà, ce simple mot « Mais » rassemble à lui seul, toutes vos peurs, toutes vos croyances, tous vos blocages. En résumé, tout ce qui vous empêche d’agir pour réaliser ce que vous souhaitez.

Vous vous trouvez mille et une raisons pour justifier ce blocage. Pourtant au fond de vous, vous avez parfaitement conscience que, Oui, ce ne sont que de fausses excuses.

Et au final, le temps passe et vous subissez votre vie, plus que vous ne la vivez. Rien que ça, c’est une souffrance.

Si vous lisez ces lignes, c’est qu’il est possible d’agir et faire de votre vie, celle dont vous rêvez.

Il n’y a pas de recettes magiques pour avoir ce déclic. C’est le premier Pas, le plus important et le plus difficile aussi.

Si vous faites le choix d’être coaché, sachez que ce n’est pas seulement une partie de plaisir non plus. Ce n’est pas facile d’être coaché(e) . Ca demande du courage et de belles qualités.

A priori, ça ne coule pas de source, vous vous imaginez sûrement, que ceux qui se font coachés sont tout contents d’être aidés, accompagnés dans la réalisation de leurs rêves, de leurs objectifs.

Ils sont écoutés, cocoonés, et le pompon, tout se met en place, et fonctionne !

Yes, c’est fabuleux, le monde des Bisounours à portée de main…

Sauf que non, en fait !

Car être coaché(e), c’est avant toute chose accepter de :

  • Se confier sans fard et sans filtre ;
  • Accepter de se remettre en question ;
  • Accepter la critique ;
  • Dépasser ses freins ;
  • Construire au-delà de sa zone de confort.

Alors, oui, évidemment que la fin est heureuse, mais ça demande avant tout d’accepter de regarder là où ça fait mal, de s’y confronter, pour mieux s’en affranchir et s’en libérer.

J’ai vu et/ou entendu la plupart de mes clients souffrir, pleurer, et traverser tout un arc en ciel d’émotions pour arriver aux sourires, rires, sentiment de fierté, de joie et de bonheur.

Tout ça pour vous dire, qu’il faut être prêt, si vous ne l’êtes pas, même si vous avez le meilleur coach/accompagnateur etc… du monde, si vous n’avez pas pris la décision en votre for intérieur, il ne se passera rien car, le rôle du Coach est simplement de vous accompagner, de vous prendre la main, mais c’est votre Chemin.

Si cet article vous a aidé, ou si vous pensez qu’il peut aider quelqu’un qui a besoin d’un Coup de Pouce, likez, partagez, commentez votre expérience !

Et, si vous vous pensez que je peux vous Apporter un coup de pouce, envoyez-moi un message. C’est le premier pas.

Merci et à bientôt, belle journée !

 

De la candidature à l’émotion

De la candidature à l’émotion

Bonjour chers Lecteurs,

Chaque jour, je vois défiler sur ma timeline, beaucoup de recherches d’emplois, de stages, d’alternances, etc… et Malheureusement, elles sont toutes semblables, en étant une sorte de mix, entre vos recherches, votre supposée réponse à un besoin, et quelques conseils, vus et revus…

Pourtant, il y a une astuce toute simple qui peut vraiment changer la donne. Comme sur mon précédent article sur comment postuler sur LinkedIn ? L’idée principale est de vous DEMARQUER ! Je sais ça semble facile à dire et écrire, mais croyez-moi, vous en êtes capable aussi, car vous êtes UNIQUE.

Et comment se démarquer ? comment faire la différence quand un recruteur reçoit des centaines de CV, Lettres de motivation, et Relances ?

La réponse tient en 1 mot: EMOTION 

Si vous voulez capter l’attention de quelqu’un, vous devez faire naître une émotion: faire rire, faire peur, mettre en colère, rendre fier.

Et, donner envie à la personne de vous connaître, en clair, (r)éveiller sa CURIOSITE.

Finalement, c’est comme la SEDUCTION, présentez-vous sous votre meilleur jour, en mettant en avant le meilleur de vous même en avant, sans gommer vos particularités.

Ca peut sembler évident, voire que j’enfonce des portes ouvertes, et c’est le cas. Mais, prenez ce pas de recul, regardez avec attention, votre CV, votre lettre de motivation ? est-elle unique ? est-elle différente de celle de votre voisin ? (pour télécharger un modèle de CV design et moderne cliquer ici)

Et, si vous vous mettiez à la place du recruteur, auriez-vous envie SPONTANEMENT de vous appeler pour un entretien ? Si la réponse est NON, vous avez du boulot. Si la réponse est OUI, super, mais soyez en sûr en faisant des tests.

Il n’y a pas de recettes miracles, il y a simplement VOUS, dans votre ensemble avec vos compétences, vos savoir-faire et être, votre personnalité, votre histoire. Vous êtes une pièce d’un puzzle et vous devez trouver votre place dans ce puzzle.

Souvenez-vous, vous n’aurez JAMAIS 2 fois l’occasion de faire une 1ère bonne Impression.

Pour aller plus loin, et rendre votre candidature UNIQUE, car il n’y a qu’une place pour le Job de vos rêves, laissez-moi un message ! Si vous avez des idées que vous avez déjà mises en place, partagez-les !

 

Le regard des autres

Le regard des autres

Le regard des autres,

cet article nous concerne tous, car tout le monde a vécu au moins une fois une de ces situations:

  • Ne pas danser alors que vous en aviez envie ?
  • Ne pas porter un vêtement, des chaussures, qui vous plaisent par peur du ridicule ?
  • Ne pas aborder quelqu’un, alors que vous en mourrez d’envie ?
  • Ne pas poser une question, tout en sachant que les seules questions bêtes sont celles qui ne sont pas posées ?

J’ai vécu plusieurs de ces situations et, en fait, je me bloquais moi-même à cause du regard des autres, au final je loupais une occasion de faire ou dire quelque chose qui me plaît, par peur d’éventuellement déplaire à une personne ou plusieurs, ou les choquer.

De l’autocensure ! Qui ne s’est jamais autocensuré ?

Evidemment, se libérer du regard des autres est plus facile à dire qu’à faire. Finalement, comme beaucoup de choses, ça mérite un petit effort et d’y aller « step by step ».

Pour ma part, j’ai commencé avec les talons, ça n’a l’air de rien, dit comme ça, mais m’autoriser à porter des escarpins alors que je mesure 1.83 m, croyez-moi, ce n’était pas évident, et j’ai mis très longtemps avant de m’autoriser l’achat de ces chaussures tant convoitées.

C’était vraiment difficile, imaginez-vous, je dépasse 99% des femmes et 90% des hommes, autant dire que dans la rue, tout le monde me voit, au supermarché, c’est à moi qu’on demande d’attraper le paquet de pâtes trop haut.

Et, le pompon dans tout ça, Chéri mesure seulement 1.76 m, je le dépasse donc déjà de 7 cm et avec des talons, vous voyez le tableau, je lui mange littéralement sur la tête !

Alors, je ne vais pas vous mentir, j’ai essuyé par mal de remarques, du style, « tu n’es pas assez grande comme ça ? » , « c’est sûr que on ne peut pas te perdre dans la foule », etc…

Le fameux « regard des autres », j’ai été blessée, touchée mais pas coulée comme on dit.

Il faut encaisser, si on a la répartie facile, répondre avec humour.

C’est comme tout, ça s’apprend, mais surtout, après, on se dit:

je me suis privée pendant ces années, JUSTE POUR CA !!!

Ma vie a changé, et la vôtre, peut aussi changer.

Levez vos freins, pensez à la pire chose qui puisse vous arriver ! Imaginons que vous vouliez danser : la musique est entraînante, vous vous sentez léger/légère, votre corps commence même à onduler, mais vous hésitez.

Personne n’ose, tout le monde va vous regarder, et remarquer que vous ne connaissez pas les pas exacts.

Et pire encore, vous tombez ! Le pompon, la catastrophe avec en prime, votre boss qui est là !!! (oui, oui, c’est gratiné comme situation)

Franchement, que faut-il en retenir ? Le regard des autres, qui secrètement jalouseront votre liberté ? Et par réflexe, habitude, vont critiquer votre prestation ?

Pourtant au final, qu’est-ce que vous allez en retenir ?

Vous avez osé, vous vous êtes amusé(e), ce moment restera gravé dans votre mémoire, et vous recommencerez !

Et j’irais encore plus loin, en vous racontant, que ce même public, et même votre boss finiront avec le recul par louer votre prise de risque, votre liberté, voir votre leadership, si votre geste a incité les autres à vous rejoindre.

😀 Bon weekend et dansez maintenant !

Si cet article vous a plu, et peut aider une personne, likez, partagez, et racontez moi vos expériences  😀 

Je remercie M. Jean-Claude LALOU qui a gentiment accepté de relire et corriger cet article.

 

 

 

 

l’Amour sur Internet

l’Amour sur Internet

L’amour sur Internet, du virtuel au réel

Voilà un article qui me tenait à cœur depuis longtemps, et ce pour une bonne raison, j’ai rencontré mon conjoint sur Meetic, et 3 de mes meilleurs amis sur un forum.

Pas de conseil particulier, ni de méthode de séduction, juste une ode à l’Amour qui débute sur Internet.

Tout le monde peut se cacher, tricher même, mais au fond dans quel but ?

Malheureusement, tout n’est pas rose, et je ne peux pas occulter la prudence nécessaire., Il y a partout des personnes malintentionnées et/ou déçues, qui chercheront à tirer parti des informations que vous avez pu donner. De la prudence donc, ne donnez pas vos informations personnelles, n’importe comment ni à n’importe qui, encore plus vrai pour les photos. Protégez-vous !

Méfiez-vous aussi de vos propres sentiments, dont la force peut vous submerger. Sachez prendre du recul dans cette déferlante d’émotions, de sentiments, de ressentis.

Soyez prudent, il y a des cinglés partout !

De la même façon, je vous invite à la mesure : n’écrivez pas des messages trop forts de sens, gardez une réserve.

Tout n’est pas rose, et je ne peux pas, ne pas évoquer, la prudence nécessaire. Partout, il y a des personnes malintentionnées et/ou qui déçus, chercheront à tirer parti des informations que vous avez pu donner. Donc prudence, ne donner pas vos informations personnelles, n’importe comment à n’importe qui, encore plus vrai pour les photos. Protégez-vous !

Méfiez-vous aussi de vos propres sentiments, dont la force peut vous submerger. Sachez prendre du recul dans cette déferlante d’émotions, de sentiments, de ressentis.

Ma méthode a toujours été d’être vraie, sincère et directe avec le risque assumé de déplaire.

La magie d’Internet, c’est d’enlever toutes les barrières que l’on a dans la vie réelle, les distances, l’âge, le niveau social, l’apparence physique, le temps, …

Tout va alors vite, très vite, car dénué de contexte, ou presque, l’échange est pur, sans artifice.

Alors certes, la communication c’est 80% de non-verbale, et avec l’écriture, il nous reste seulement les 20%.

J’ai envie de vous dire, mais justement, cette concentration dans le message, cela permet d’en augmenter l’effet. Un style minimaliste et épuré pour aller à l’essence.

Un échange qui très vite peut vous emmener très loin, avec des émotions bien réelles. D’ailleurs, Google regorge d’articles qui vous disent que OUI, il est possible de tomber amoureux sur Internet, témoignages à l’appui.

La clé ? se lâcher, être vrai, authentique, sans calcul.

Savoir aussi ne pas s’engluer dans le virtuel, ne pas oublier le réel, et rapidement solliciter un VRAI échange, même si ce n’est qu’en visio-conférence.

Que vous cherchiez l’Amour, une Amitié, du Business, laissez toujours votre porte ouverte, il y a de belles surprises qui vous attendent.

J’ai rencontré mon conjoint et 3 de mes meilleurs amis, vous savez ceux qu’on ne compte que sur une main.

Jamais, je n’aurais eu cette chance, si Internet n’était pas là ! Car ils n’appartenaient à aucun cercle que je fréquentais habituellement.

Aujourd’hui, encore, et ici même, je continue sur ce chemin, des belles rencontres sont à venir,

Dédicaces spéciales à tous ceux avec qui j’adore échanger, partager, dans l’attente d’une vraie rencontre, en particulier M. Jean Claude Lalou, qui m’a corrigé les coquilles de cet article.

Si cet article vous a plu, liker, partager.

Pour aller plus loin, contactez-moi ou prenez-RDV.